À propos

Jean-Baptiste Debret, Négresse tatouée vendant des fruits de cajous. Aquarelle sur papier, 15.7×21.6 cm, 1827,
Musée Castro Maya, Rio de Janeiro.

 

Ce carnet de thèse est animé par Carla Francisco, doctorante en Études romanes à Aix-Marseille Université, dans l’Institut des Mondes Africains – IMAF UMR 8171 (CNRS) UMR 243 (IRD). Je réalise cette recherche  sous la direction de Henri Médard et Ernestine Carreira. Mon titre provisoire de thèse est : Une analyse iconographique de l’esclavage urbain dans l’œuvre de Frederico Guilherme Briggs (1813 – 1870).

A propos de l’image: Il a été facile de choisir une première image pour inaugurer ce projet. Lorsqu’il s’agit de parler de l’imagerie de l’esclavage en général, en particulier celle du Brésil, Jean-Baptiste Debret (1768 – 1848) s’impose comme un artiste incontournable, comme d’autres billets auront l’occasion de le montrer. Parmi les différentes images que Debret a réalisé lors de son séjour au Brésil au début du XIXe siècle, la vendeuse de cajous me touche particulièrement. D’abord, je crois il s’agit d’une de premières images que j’ai regardée plus attentivement, sans laisser mon œil habitué qu’il était de ces images la regarder sans la voir. Ensuite, j’aime la mélancolie exprimée par le regard et la gestuelle de la main de cette femme. Cela me rappelle tellement chez moi, cela me parle de cette saudades, que nous, les Brésiliens, savons tant chanter.