Archives par mot-clé : thèse

L’esclavage visuel

Visual Slavery est un carnet de recherche qui accompagne le développement de ma recherche doctorale à propos de la représentation visuelle de l’esclavage urbain à Rio de Janeiro pendant le XIXe siècle.  L’idée de ce carnet est née d’une volonté de partager de façon plus large les réflexions qui émergent dans le quotidien de la préparation de ma thèse, par le biais de contacts avec d’autres chercheurs et doctorants, de mes lectures, des événements scientifiques, etc.

Visual Slavery est également un carnet de veille, c’est-à-dire de “surveillance” active du champ de recherche touchant les études visuelles par rapport à l’esclavage et la traite atlantique. Le concept de veille scientifique semble être approprié lorsque l’on comprend que grande partie des lectures théoriques et méthodologiques, des documents et sources ne pourront pas être exploitées dans le cadre la thèse. Il s’agit donc de les traiter autrement à travers une réflexion sur l’acte de réaliser une recherche en études visuelles.

Visual Slavery est aussi l’embryon d’un projet d’ouverture, de “vulgarisation” et de préparation pour l’après-thèse. Cet objectif rend possible une diversification du public cible de ce carnet, pensé non seulement pour un public académique, mais également pour tout public qui s’intéresse par l’histoire visuelle de l’esclavage atlantique.

A propos de l’image: [Frederico G. Briggs (1837), Panorama of the city of Rio de Janeiro (The capital of Brazil), lithographie col. à main, Fine Arts Museums of San Francisco]

Il s’agit d’un des documents qui compose mon corpus d’analyse, un des quatre panoramas produit par Frederico Guilherme Briggs (1813- 1870), un artiste paysagiste et lithographe anglo-brésilien. J’aime beaucoup ce paysage, car elle synthétise les trois éléments principaux de ma problématique: le paysage naturel, la ville et le personnage noir représenté en tant qu’esclave. En outre, des interprétations suggèrent que l’artiste s’est représenté lui-même dans le panorama en train de dessiner. Un geste significatif qui peut être lu comme une façon d’enlever ce regard prétendument neutre qui accompagne maintes fois les documents visuels de l’iconographie de l’esclavage.