Veille visuelle #1

Veille visuelle #1

Capture d’écran du jeu disponible sur Playstore de Google où le joueur incarne un propriétaire d’esclave (Source: DW.com)

La veille visuelle de cette semaine commence par une exposition qui utilise du langage visuel et artistique contemporain pour revenir vers l’histoire traumatique de la gynécologie américaine. Ensuite, on constate l’enracinement de l’imagerie et modèles esclavagistes dans la culture visuelle post-esclavagiste brésilienne avec un jeu d’applicatif où on peut simuler les scènes de l’esclavage dans le rôle du propriétaire d’esclave, ce que ravivent les débats sur le racisme et la nécessité de réglementer le contenu digital dans le pays. Pour finir, la parution du livre de Carlo A. Célius sur la création artistique coloniale et post-coloniale en Haïti.

Exposition d’art contemporain revisite de manière critique les liens entre l’esclavage et l’histoire de la gynécologie aux États-Unis

L’exposition multiartiste Call and Response: A Narrative of Reverence of Our Foremothers and Gynecology propose, à travers un langage visuel, de revenir à l’histoire de la gynécologie américaine et ses liens étroits avec la violence commise contre les femmes noires esclavagisées.

Resilient Sisterhood Project (RSP), une organisation de défense des soins de santé à but non lucratif qui soutient les communautés noires, est à initiative de l’exposition. La RSP a commissionné l’artiste Jules Arthur pour créer une série de peintures concernant les trois femmes (Anarcha, Betsy et Lucy) qui ont subies de procédures médicales expérimentales et sans anesthésie par le médecin James Marions Sims, considéré comme l’un des fondateurs de la gynécologie américaine. Arthur créé une narrative visuelle qui revient sur les atrocités vécues par ces femmes, mais propose également de les placer au centre de cette histoire en changeant la focale du médecin vers l’expérience de ces femmes.

La commissaire de l’exposition, Dell Hamilton, dans un interview tisse les liens entre le passé et le présent à travers la pratique artistique contemporaine. Son souhait est de voir la classe médicale prendre conscience de “la manière dont le racisme, les préjugés sexistes et les différences de classe sont ancrés dans [les] systèmes de santé [aux États-Unis].”

Jeu disponible sur PlayStore de Google propose d’incarner un propriétaire d’esclaves au Brésil

Depuis avril de cette année, un jeu appelé “Simulateur d’esclavage” propose au joueur d’incarner un propriétaire esclavagiste. Les actions du jeu permettent l’achat et la vente des esclaves, de les torturer avec des châtiments pré-établis, de les faire travailler davantage et de maximiser ses profits en achetant plus d’esclaves. Le visuel du jeu met en scène de personnages noirs dans des scènes d’esclavage et de plantation autour d’un autre personnage, Blanc, l’avatar du joueur. Avec un accès libre à tout âge, le développeur du jeu le décrit comme “le meilleur simulateur de propriétaire et de commerce d’esclaves”. Selon le journal brésilien Estado de Minas, avant d’être retiré de la plateforme après les premières répercussions, le jeu avait déjà été téléchargé plus de mille fois et avait suscité 60 avis. Un joueur qui a donné la note maximale commente “que c’est un passetemps génial. Mais, c’est dommage qu’il n’y a plus d’options de punitions.” Le visuel puise ses modèles dans plusieurs exemples de l’iconographie esclavagiste, encore très enracinée dans la culture visuelle brésilienne.

Un politicien brésilien du Parti communiste a entré avec une action contre la plateforme en raison du manque de contrôle des contenus discriminatoires et racistes, qui sont punis par la loi brésilienne. L’historienne brésilienne, spécialiste de l’histoire de l’esclavage et du racisme dans le pays, Ynaê Lopes dos Santos questionne, dans sa chronique hebdomadaire sur le site DW Brésil, l’absence totale de réflexion critique de Google dans l’autorisation du jeu sur sa plateforme. Il s’agit d’un moment très critique pour les géants du numérique au Brésil, accusés par la classe politique et plusieurs secteurs de la société, d’avoir contribué pour la dissémination des discours de haine et extrémistes dans le pays. Ils sont visés par une projet de loi qui propose une réglementation stricte de l’environnement digital brésilien.

Capture d’écran du jeu “Simulador de escravidão”, où le joueur se met à la place d’un maître d’esclaves. (Source: Playstore, reproduction du site https://www.em.com.br)

Parution: Création plastique d’Haïti. Art et culture visuelle en colonie et postcolonie, de Carlo A. Célius

” Dans cette enquête historique au long cours, qui emprunte tour à tour à l’histoire de l’art, à l’esthétique, à l’anthropologie et à la sociologie, l’auteur nous propose une approche plurielle de la figuration en colonie et postcolonie qui, au-delà des seuls beaux-arts, prend en compte l’ensemble de la culture visuelle. Du portrait aux dessins rituels du vodou et à l’iconographie catholique, des illustrations publiées dans la presse aux marques de scarification sur le corps des captifs africains réduits en esclavage, il met en lumière la complexité et les enjeux du visuel, les conflits qu’il génère, les phénomènes d’appropriation et de réappropriation.

Carlo A. Célius démontre comment a pu s’édifier une hégémonie des beaux-arts dans un tel contexte et comment, à un moment donné, celle-ci a été ébranlée.

Cet ouvrage revisite la notion d’art : il historicise les échelles de valeurs qui la constituent et les dynamiques sociales, politiques et culturelles à partir desquelles elle évolue. À l’aide d’un cadre conceptuel renouvelé, les lectrices et lecteurs pourront (re)découvrir les principales caractéristiques des courants artistiques du xxe siècle haïtien et apprécier quelques traits distinctifs de la nouvelle scène.”

L’œuvre accompagne le lancement de la collection “Amérique(s)” de l’éditions de la Maison des Sciences de l’Homme”.

Carlo A. Célius. Création plastique d’Haïti. Art et culture visuelle en colonie et postcolonie. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, collection Amérique(s), 2023, 582 p.

Couverture du livre Création plastique d’Haïti. Art et culture visuelle en colonie et postcolonie (2023), de Carlo A. Célius, paru aux Éditions de la Maison dans les Sciences de l’Homme, dans la collection Amérique(s)


Citer ce billet
Carla Francisco (2023, 22 mai). Veille visuelle #1. L'esclavage au visuel. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://imageslavery.hypotheses.org/1150

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.