Veille visuelle #2

Veille (audio) visuelle #2

La veille (audio) visuelle de cette semaine commence par un documentaire qui présente l’histoire urbaine de Rio de Janeiro à partir d’une perspective afro-brésilienne, continue avec la présentation d’une plateforme digitale très importante pour les études visuelles de l’esclavage et fini par l’annonce du premier événement du REDAfricaS, réseau de la recherche en France pour les études africaines et afro-diasporiques des espaces de langue portugaise.

Affiche du film Rio Negro (Le Rio Noir, 2023), de la maison de production Quiprocó Filmes. (Source de l’image: RionWatch.org)

Le documentaire Rio Negro (Le Rio Noir) présente les personnalités noires et la Pequena África à Rio de Janeiro

Bande-annonce du film Rio Negro (Le Rio Noir, 2023), de la maison de production Quiprocó Filmes (Source: Youtube)

Rio de Janeiro est une ville africaine aux Amériques. Lieu d’arrivée d’une grande partie des Africain.e.s amené.e.s au Brésil et en Amérique du sud dans les cadres de la traite transatlantique, les populations d’origine africaine ont façonnés la culture et l’espace urbain de cette ville. Néanmoins, la contribution et l’importante présence africaine à Rio de Janeiro ont étés en quelque sorte effacées dans la période post-abolition, à la fin du XIXe siècle. Le documentaire Rio Negro (La Rio Noir) revisite cette histoire et celle du quartier au vieux centre de la ville, la Pequena África (la petite Afrique), lieu emblématique de cette histoire. La tonalité eugénique du processus d’urbanisation de Rio de Janeiro, au début du XXe siècle, a eu un impact négatif sur les liens sociaux et culturels des populations noires, occupantes traditionnelles de ce quartier. Elles ont été pour une grande majorité déplacées et invisibilisées de l’histoire urbaine de la ville. Le film a été financé par la Casa Fluminense, une organisation non-gouvernementale qui promeut l’égalité raciale et des projets d’affirmation contre les discriminations subies par ces populations encore aujourd’hui. Il a été produit par Quiprocó Filmes et est à l’affiche dans les cinémas brésiliens. Les producteurs envisagent de lancer le film également sur les plateformes de streaming. Une review du film est disponible sur la plateforme d’observation de la condition de vie des quartiers populaires à Rio de Janeiro, RioonWatch en version anglaise et portugaise. La bande annonce du film montre le recours à des images d’archives issues de l’imagerie de l’esclavage au Brésil.

La plateforme numérique The Visual Afterlives of Slavery

Cette plateforme est à l’initiative du forum interdisciplinaire Working Group on Slavery and Visual Culture, de l’Université de Chicago. The Visual Afterlives of Slavery explore les images et les pratiques visuelles développées pendant la période esclavagiste dans le monde atlantique à travers les survivances de ces images dans la culture visuelle contemporaine. Les deux expositions disponibles sur le site explorent l’histoire des régimes visuels d’asservissement et leur héritage dans les sociétés post-esclavagistes.

Exposition 1: Palimpsests: Visual Idioms of Enslavement in the Nineteenth Century and Their Afterlives

Exposition 2 : Visualizing / Performing Blackness in the Afterlives of Slavery : A Caribbean Archive

La peinture de Modesto Brocos Gómez est l’une des œuvres exposées dans l’exposition Palimpsests. La rédemption de Cham, huile sur toile, 199 x 166 cm, 1895, Musée nationale des Beaux-Arts, Rio de Janeiro (source de l’image: Wikimédia).

La première séance du Club de lecture du REDAfricaS

REDAfricaS est un réseau en construction de la recherche en France sur les AfriqueS de langue portugaise et leur diaspora. J’ai le plaisir de participer de cette initiative, menée par des doctorant.e.s et des chercheur.euse.s non-statutaires, REDAfricaS se construit comme un espace d’échange, de débat et d’ouverture pour les questions des études africaines et afro-diasporiques dans ces aires culturelles et linguistiques. Le Club de lecture est pensé comme un espace d’auto-formation et d’échanges, dans une perspective interdisciplinaire, ce club de lecture est ouvert à tout chercheur·se non statutaire qui souhaite échanger régulièrement autour d’un thème et de lectures définies à l’avance par les membres du club de lecture. La première séance aura lie le 3 juin, au campus Condorcert à Aubervilliers et en distanciel. Le lieu d’inscription se trouve ici.



Citer ce billet
Carla Francisco (2023, 2 juin). Veille visuelle #2. L'esclavage au visuel. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://imageslavery.hypotheses.org/1295

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.