Résidence numérique DISTAM

Sommaire

Formuler un projet de recherche aréale en informatique documentaire

Pendant la résidence

Après la résidence

Une iconothèque à vocation de portfolio

Cet article est le premier d’une série de trois billets sur ma première expérience dans le domaine des humanités numériques. C’est d’ailleurs parce qu’il s’agissait d’une toute nouvelle approche de la recherche menée en thèse que j’ai l’intention de le décrire maintenant. En effet, je me trouve actuellement dans l’étape de préparation des candidatures aux programmes de recherche de post-doctorat. Ce projet numérique s’y inscrit comme une forme essentielle pour la réflexion de ma pratique de recherche. Il s’agit d’un article à la manière d’un retour d’expérience. Ce contexte d’écriture suppose ainsi un regard personnel sur la résidence numérique DISTAM et sur les apports de ce programme pour la redéfinition de ma recherche. J’ai effectué cette résidence à la fin de mon doctorat et pendant la rédaction de la thèse, ce qui confère à l’expérience un aspect très symbolique autour de la démarche d’organisation des résultats obtenus durant la thèse.

J’ai réalisé la première résidence numérique dans les cadres du consortium Huma-Num DISTAM. L’objectif de ce texte ne pas de présenter l’Agora numérique des études aréales – Afrique, Asie, Moyen-Orient et Mondes musulmans. Il s’agit plutôt de faire le récit des étapes qui m’ont permis de me candidater à cette résidence et la réaliser dans le contexte mentionné, en fin de thèse. Je finis cet article par un bilan de ce que j’attendais à la réalisation de la résidence (entre avril et juin 2021) et comment je l’envisage aujourd’hui.

La résidence numérique DISTAM s’inspire de la résidence d’artistes et des écrivains, dont les formules ont été adaptées aux cadres du consortium. Les objectifs de la résidence sont d’offrir un espace d’accompagnement des jeunes chercheurs et chercheuses qui réalisent une recherche en informatique documentaire sur les sociétés spécialisées, notamment dans les études africaines, asiatiques et moyen-orientales.

Je me trouvais dans l’étape de finalisation de mon manuscrit de thèse quand je préparais ma candidature à cette résidence. Florence Renucci, directrice de recherche au CNRS et chercheuse attachée à l’IMAF, était membre de mon comité scientifique. Elle m’a suggéré de me présenter à ce programme après avoir accompagné depuis la deuxième année de thèse mon travail de sélection et d’organisation d’un corpus très dense d’images. Je gérais ce corpus à travers deux bases de données dans un format de feuilles de calcul, ce qui rendait la visualisation des données très touffues et difficiles pour les analyses comparatives que je menais. Ces bases de données étaient pensées comme un outil pour la gestion de cette masse considérable d’images, principalement des gravures, ayant pour thème l’esclavage. Les données qui la composaient étaient récoltées dans les diverses collections numériques en Europe (particulièrement en Allemagne, en France et au Royaume-Uni), aux Amériques (Argentine, Brésil et les États-Unis) et en Australie.

La création des bases de données m’est venue de manière intuitive en début de thèse. Je n’arrivais pas à gérer plusieurs éléments autour de ces images (les producteurs, les contextes de production et de réception, les localisations matérielles et numériques). Je menais une analyse sérielle du thème de l’esclavage urbain à Rio de Janeiro, ce qui résultait à une diversité de facteurs d’identification et d’indexation de ces images. Mon souhait de visualiser ces éléments en réseau était à l’origine de ma démarche de création de ces bases de données, dont les éléments étaient croisés avec les outils de feuilles de calcul du type Excel. Les aspects statistiques étaient visibles à travers l’usage de ces outils. Toutefois, j’éprouvais beaucoup de difficulté à visualiser toutes ces données de manière claire dans leurs aspects “panoramiques” croisés à ceux plus spécifiques. Il s’agissait d’un enjeu essentiel pour la recherche sur les lithographies, un type d’image très reproductible et manipulable. Ces questionnements autour de mon organisation de recherche et de mon approche documentaire ont été éveillés par les échanges lors de mes comités de thèse. L’appel et les exigences du programme ouvrait un champ pour explorer davantage ces questions et réfléchir méthodologiquement aux possibilités pour la gestion de ces données.

Formuler un projet de recherche aréale en informatique documentaire

Transformer mes questionnements très primaires en un projet de recherche en informatique documentaire était la première difficulté rencontrée dans le processus de formulation du projet de résidence. Je souhaitais un projet de recherche simple et centré sur mes besoins à la période, c’est-à-dire un logiciel, un outil numérique ou une plateforme qui me permettrait de croiser mes données. L’intention par derrière la simplicité du projet se situait sur une formation en humanités numériques insuffisante. Cela ne faisait que très peu de temps que j’avais entendu parler du domaine et il me manquait des compétences théoriques et méthodologiques plus développées sur le sujet.

Je voyais le projet d’une manière très pragmatique, comme un moyen plus aisé de travailler mes corpus d’images. La vocation première de DISTAM étant de socialiser la jeune (et moins jeune) recherche à la pratique numérique de la recherche, la résidence numérique s’adaptait à mes besoins. J’ai bien compris à ce moment que je devrais envisager ce projet comme un élargissement de possibilités pour l’abordage de corpus iconographiques non travaillés pendant la réalisation de mon doctorat. Ces images étaient uniquement indexées et insérées dans mes bases de données, sans aucune autre intervention analytique.

J’étais consciente des faiblesses de ma candidature, notamment le manque de connaissances autour des humanités numériques. J’avais pourtant une idée claire de ce que je voulais et l’idée de développer un outil adapté à la recherche en études de la culture visuelle et des arts graphiques, marqués par la dispersion des supports, ont guidé l’écriture du projet. Mes recherches préliminaires sur l’élaboration d’un plan de gestion de données, un sujet auquel je viendrai dans les prochains billets, m’a aidé à poser les premiers paliers du projet. Les contours très clairs et pratiques de ma proposition étaient un atout pour la rédaction. J’ai choisi un corpus très restreint ayant un nombre limité d’images (autour de soixante). Cet ensemble avait été organisé d’une façon très claire, et ce en grande partie aux structures des deux collections numériques concernées, Gallica et Manioc. La recherche et la collecte préalablement réalisées sur ces deux collections françaises m’ont permis de me concentrer sur l’objectif méthodologique du projet. L’idée initiale était de proposer l’intégration réciproque de ces images par le biais des métadonnées qui seraient ensuite organisées autour d’un outil de visualisation en réseau (mindmap ou un nuage de mots). Le temps imparti très court de la résidence dans les cadres de ce qui me semblait à l’époque un projet pilote (depuis DISTAM a pérennisé le programme et cette année a attribué 4 résidences qui sont réalisées dans une période plus longue.) s’associait bien à la structure bien restreinte de mon projet de candidature.

Capture de l’onglet “Collections” du site “Les Archives visuelles de l’esclavage et des abolitions” (Source :https://images-esclavages.sempiternelia.com/s/images-esclavages/item-set)

Pendant la résidence

Mon projet est choisi avec quelques suggestions de modification, notamment d’ordre technique. La résidence est fixée pour une période de 3 mois. L’organisation était cruciale, car je devrais mener parallèlement les corrections de mon manuscrit de thèse . J’ai choisi de mener la résidence comme une forme d’apprentissage de la gestion des projets. J’ai commencé par la rédaction d’un cahier de charges sur lequel il était établi le temps dédié à l’auto-formation, au suivi de la formation proposée par l’ingénieur en humanités numériques et la conception du projet. J’avais encore du mal à mesurer le temps de travail de manière concrète. Il était essentiel dans un premier temps de me former aux humanités numériques de façon autonome par la recherche sur l’esclavage appliquée à ce domaine. A ce titre, le dossier “Inscrire l’esclavage dans les humanités numériques”, du numéro 3 de la revue Esclavages & Post-esclavages, éditée par le CIRESC était très important pour prendre en considération les champs français et francophones de ce que l’on appelle en contexte anglo-saxon “slavery digital historiography”. Ce point sera abordé plus en détail dans le dernier billet de cette série de trois articles.

La formation était une étape fortement préconisée par le comité de sélection de la résidence. Florence Renucci m’a suggéré de contacter une entreprise spécialisée dans l’accompagnement des projets en humanités numériques, notamment avec l’usage du logiciel Omeka S. Daniel Berthereau est un membre très actif dans la communauté francophone autour de ce logiciel. Il m’a accompagné et m’a formé pour la construction du projet. Le contact avec l’entreprise s’est établie dès les premiers moments d’élaboration de la candidature. Ces échanges étaient essentiels comme source de compréhension de la faisabilité de l’idée initiale. J’ai suivi une formation très intensive auprès de ce prestataire qui m’a fait un panorama général du numérique appliqué aux sciences humaines et m’a présenté le logiciel Omeka S pour la gestion des bibliothèques numériques. Pendant cette formation, le prestataire a “traduit” en termes informatiques mes expressions autour du projet.

La formation et l’hébergement du projet pour une période de minimum trois ans étaient les conditions de la résidence pour le financement du prestataire. L’idée est d’offrir des conditions pour la pérennité du projet. En particulier, ce type d’accompagnement est l’un des facteurs d’exigence du programme, qui demande un travail conjoint entre le chercheur et un ingénieur ou un chargé de ressources documentaires. Les étapes du travail collaboratif sur le logiciel seront explorés plus en détail dans le prochain billet.

Les constats de ce partenariat m’ont mené à avoir une compréhension de mes lacunes dans le sujet des humanités numériques. La collaboration et les échanges fréquents avec l’ingénieur m’ont permis néanmoins de me lancer dans ce type de projet parallèlement à cette formation théorique et méthodologique de base. Je constate aujourd’hui que l’application pratique quasi immédiate des études théoriques m’a permis d’avancer très rapidement dans l’usage du logiciel. En effet, après quelques semaines de travail, j’étais déjà assez autonome. Trouver un espace d’entente et de compréhension mutuelle avec l’ingénieur se présentait comme le grand défi de la résidence. L’expression de mes besoins, marquée par la méconnaissance du vocabulaire et des compétences techniques, la compréhension du langage informatique ainsi que les limites techniques qui s’imposaient par rapport au projet idéalisé dans la candidature étaient mes principales difficultés. Avec le recul, je comprends que la réussite du projet est fondée sur le compromis de deux parts, notamment par la patience du prestataire dans l’explication (maintes fois très basiques) des éléments informatiques de base. Finalement, le constat le plus important de la résidence concerne cette dimension essentielle du travail collaboratif.

Après la résidence

Une fois le projet fini, il est lancé dans le format du site Les archives visuelles de l’esclavage et des abolitions. Je le présente comme une iconothèque numérique qui permet l’intégration, par des liens sémantiques, des images ayant le thème de l’esclavage et des abolitions. Je reviendrai plus en détail sur les fonctionnalités et comme la navigation du site a été pensée dans le deuxième article de la série. La résidence supposait un rapport de mi-parcours, où j’ai exposé mes premiers constats du travail sur les collections numériques de Gallica et Manioc, approchées d’une manière différente par rapport au travail en thèse. Il ne s’agissait pas uniquement de récupérer les images à partir des moteurs de recherche, mais plutôt de réfléchir comment ces images étaient indexées et organisées autour des éléments descriptifs (les metadonnées). Après la validation du rapport par DISTAM, j’ai reçu l’invitation pour communiquer les résultats de ma résidence.

Communiquer sur le projet

J’étais invitée ensuite par Mercedes Volait (DR CNRS, InVisu), membre de la direction collégiale du consortium, à participer à la table ronde « Accompagner la transition numérique des études aréales (Moyen-Orient, Afrique, Asie) : le consortium DISTAM » lors du GIS MOMM, 4e Congrès des études sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Restituer les résultats de la résidence s’est montré comme un exercice supplémentaire, une forme de m’approprier du projet et des cadres des humanités numériques dans lesquels je souhaitais l’inscrire. Ma communication a mis l’accent sur l’état du projet comme un prototype pour la démonstration de possibilités autour de la visualisation des données d’une recherche en études visuelles. Il ne s’agissait pas encore de le considérer en tant qu’outil abouti pour ce type de recherche, tel que je l’avais envisagé dans la formulation de la candidature.

L’action de formation nationale “Digital areal”

J’ai eu l’opportunité par la suite de participer à l’action de formation nationale du CNRS “Digital Areal”, organisée par DISTAM en octobre 2021. Les quatre jours de formation très intenses ont contribué au renforcement de ces premières bases de mon entrée dans le domaine. La structure des ateliers a rendu possible l’échange avec d’autres chercheurs et chercheuses de “tous niveaux” dans les humanités numériques. Le contact avec un nombre de projets très variés, engagés dans les innombrables possibilités que ce champ offrent à la pratique de la recherche, m’a permis d’avoir une vision d’ensemble pour pouvoir démarrer d’une façon plus assurée dans certaines des « filières » qui se développent à l’intérieur des humanités numériques appliquées aux études aréales.

Je peux dire avec le recul que la question de la formation et de la sensibilisation aux humanités numériques est essentielle, notamment après la participation dans cette formation. Je constate aujourd’hui que durant les premières années de doctorat, je n’avais pas eu de contact avec aucune proposition vouée à la pratique numérique dans l’offre de formation doctorale. Mon expérience comme enseignante dans l’université, notamment en licence, n’était pas non plus marquée par une approche développée des humanités numériques au-delà de l’usage des outils déjà courants pour la mise en ligne des cours. Cette situation semble avoir changé comme une des conséquences de la pandémie et sûrement après une plus grande ouverture et intérêt des universitaires pour la question du numérique, mais tel n’était pas le cas d’après mes connaissances en 2016 lors de ma première inscription en thèse.

Capture d’écran de l’ongle “Collections” du site “Les Archives visuelles de l’esclavage et des abolitions” (Source: https://images-esclavages.sempiternelia.com/s/images-esclavages/item-set)

Une iconothèque à vocation de portfolio

Enfin, le bilan de l’expérience dans la résidence numérique DISTAM est très positif à mesure qu’elle m’a permis d’explorer des idées et des pratiques en état latent pendant la réalisation de la thèse. Cette expérience a eu un impact également sur la rédaction de la conclusion de ma thèse, notamment comme forme de réflexion critique sur les archives numériques, desquelles sont issus les images de mon corpus. J’ai pu également tisser quelques commentaires sur les manières disponibles pour le partage des résultats de la recherche. J’ai bénéficié de peu de temps pour mettre en place ce projet et de conceptualiser les possibilités de visualisation pour l’utilisateur de l’interface publique du site. Cependant, l’écart entre ce que j’aurais aimé réaliser et le résultat final du livrable est loin d’être négatif. Au contraire, il se fonde sur les bases construites lors de la résidence, principalement en ce qui concerne ma sensibilisation au domaine.

Je me considère encore “novice” dans le champ des Humanités numériques. Néanmoins le bilan de la résidence numérique entamé en ce moment d’élaboration de ma recherche d’après-thèse montre que les humanités numériques se sont ancrées profondément dans mes perspectives de recherche. Le site constitue aujourd’hui un important aspect visible et matériel de cette perspective à propos d’une approche visuelle à l’intérieur de l’historiographie numérique de l’esclavage que je souhaite développer davantage par la suite. Dans le prochain billet, je reviendrai en détail sur la troisième étape de la résidence, celle du travail sur Omeka S, l’élaboration de l’iconothèque et de l’outil de visualisation en réseau.

Comment citer cet article: Carla Francisco, “Résidence numérique DISTAM”, in L’esclavage au visuel, publié le 07/11/2022. Disponible sur: https://imageslavery.hypotheses.org/?p=839



Citer ce billet
Carla Francisco (2022, 7 novembre). Résidence numérique DISTAM. L'esclavage au visuel. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://imageslavery.hypotheses.org/839

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.